• Jérôme CRUVEILHER

Loi de finances pour 2021

La loi de finances pour 2021 contient de nombreuses mesures pour les entreprises et les particuliers. Nous vous proposons de survoler des plus importantes d'entre elles.


Pour les entreprises

Taux réduit de l'impôt sur les sociétés

Pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2021, le champ d’application du taux réduit de l’impôt sur les sociétés en faveur des PME fixé à 15 % sur une fraction des bénéfices est élargi aux entreprises dont le chiffre d’affaires hors taxe est compris entre 7,63 M€ et 10 M€ (art. 18).


Bénéfices professionnels

Un dispositif optionnel de réévaluation libre de l’ensemble des éléments d’actif corporels et financiers permettant aux entreprises de différer l’imposition des écarts de réévaluation est instauré. Ce dispositif s’applique à la première opération de réévaluation constatée au terme d’un exercice clos à compter du 31 décembre 2020 et jusqu’au 31 décembre 2022 (art. 31).


En cas de cession d’un immeuble à une société de crédit-bail, réalisée entre le 1er janvier 2021 et le 30 juin 2023 et précédée d’un accord de financement accepté par le crédit-preneur au plus tard le 31 décembre 2022, le montant de la plus-value réalisée par le cédant qui reprend immédiatement l’immeuble en crédit-bail peut être répartie sur une durée maximale de quinze ans (art. 33).


Crédits d'impôt

  • Un crédit d’impôt est créé en faveur des PME pour les dépenses de travaux de rénovation énergétique de leurs bâtiments à usage tertiaire engagées entre le 1er octobre 2020 et le 31 décembre 2021. Il est égal à 30 % du prix de revient HT des dépenses avec un plafond global fixé à 25 000 € par entreprise sur la durée du dispositif (art. 27).

  • Un crédit d’impôt est institué au profit des bailleurs qui consentent, au plus tard le 31 décembre 2021, des abandons de loyers au titre du mois de novembre 2020 aux entreprises locataires particulièrement touchées par les conséquences des mesures restrictives prises pour lutter contre l’épidémie de Covid-19. Certaines mesures dérogatoires prévues en faveur des bailleurs par la deuxième loi de finances rectificative pour 2020 sont en outre prorogées (art. 20).

  • De nombreuses mesures visent par ailleurs à soutenir les secteurs culturels (crédits d’impôt cinéma et audiovisuel, théâtre, production d’oeuvres phonographiques, spectacles vivants…).


Impôts locaux

  • À compter des impositions dues au titre de 2021, la CVAE est réduite de moitié. En outre, le taux du plafonnement de la CET en fonction de la valeur ajoutée est abaissé de 3 % à 2 % (art. 8).

  • Les créations et extensions d’établissements réalisées à compter de 2021 pourront, sur délibération des collectivités bénéficiaires, être exonérées pendant trois ans de CFE (et de CVAE). Cette mesure est accompagnée d’une nouvelle définition des extensions d’établissements, applicable à l’ensemble des règles de CFE (art. 120).

  • La valeur locative comptable des établissements industriels, servant de base à la taxe foncière et à la CFE, est substantiellement réduite à compter des impositions établies au titre de 2021, par réduction de moitié des taux d’intérêt applicables à leur prix de revient (art. 29).


TVA

Les principes régissant les opérations constituées de plusieurs éléments relevant de régimes de TVA différents, selon qu’elles sont qualifiées d’opérations dissociables ou d’opérations uniques, sont inscrits dans le CGI. En particulier, la méthode pour déterminer le taux applicable aux opérations uniques est précisée. Par ailleurs, des règles d’assiette spécifiques sont prévues pour les offres d’abonnement comprenant des services numériques pour un prix forfaitaire (art. 44).

Le Gouvernement est autorisé à généraliser la facturation électronique par voie d’ordonnance (art. 195).


Fiscalité des véhicules

Plusieurs aménagements sont apportés pour le calcul de la taxe sur les véhicules de société due au titre de l’année 2021 (à acquitter en janvier 2022), notamment le lissage du barème de la première composante. L’année suivante, la TVS sera remplacée par deux nouvelles taxes reprenant les première et seconde composantes de la TVS. La taxe à l’essieu, introduite dans le CGI et régie par des dispositions communes avec ces taxes, s’applique aux utilisations de véhicules intervenant à compter du 1er janvier 2021 (art. 55).


Autres mesures

Signalons également :

  • l'extension de dispositifs fiscaux pour soutenir la trésorerie des entreprises en conciliation (art. 19) ;

  • l'aménagement des crédit d'impôt recherche et innovation (art. 35) ;

  • la création d'un régime optionnel de groupe TVA à compter du 1er janvier 2023 (art. 162) ;

  • la suppression de l'enregistrement obligatoire de certains actes des sociétés (art. 67) ;

  • la prorogation des régimes de faveur des ZRR, ZFU et d'autres dispositifs zonés (art. 223) ;

  • la réduction avant sa suppression de la majoration de 25 % en cas de non-adhésion à un organisme agréé (art. 34) ;

  • la neutralité fiscale des aides Covid-19 versées par les caisses complémentaires des indépendants (art. 26).


Pour les particuliers

Poursuite de la suppression progressive de la taxe d'habitation En 2021, les 20 % des ménages qui demeurent redevables de la taxe d'habitation bénéficient d'une baisse progressive de leur taxe sur leur résidence principale jusqu'à sa suppression définitive en 2023.

Élargissement des bénéficiaires de MaPrimeRénov’ Afin de soutenir la rénovation énergétique des logements, le dispositif MaPrimeRénov devient accessible à tous les propriétaires à compter du 1er janvier 2021. Peuvent désormais bénéficier du dispositif les ménages appartenant aux 2 derniers déciles de revenu, les copropriétés mais aussi les propriétaires bailleurs. Par ailleurs, la nouvelle version du dispositif entend soutenir en particulier les travaux de rénovation globale en ciblant davantage les « passoires thermiques ». Reconduction du bonus écologique Pour répondre à l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre, le barème des aides offertes aux ménages lors de l’achat d’un véhicule électrique a été revu à la hausse en 2020, pouvant aller jusqu’à 7 000 €. Ce bonus est maintenu en 2021. Création d’un crédit d’impôts pour l’installation de bornes de recharge de véhicules électriques Que vous soyez propriétaire, locataire ou occupant à titre gratuit de votre résidence principale, vous pouvez, à compter de 2021, bénéficier d'un crédit d'impôt de 75 % du montant des dépenses consacrées à linstallation d'une borne de recharge de véhicule électrique, dans la limite de 300 € par système de charge. Simplification des modalités de versement des aides au logement À compter de 2021, les aides au logement sont calculées et versées « en temps réel ». Concrètement, cela signifie que le bénéfice de ces aides est évalué sur la base de vos ressources actuelles et non plus sur vos revenus N-2 . Cette réforme vise à rendre le versement des allocations logement plus réactif et juste, notamment lors d’une baisse de revenus. Revalorisation du Smic Au 1er janvier 2021, le Smic est revalorisé de 0,99 % pour atteindre 10,25 € par heure (contre 10,15 € par heure depuis le 1er janvier 2020), soit 1554,58 € par mois sur la base de la durée légale du travail de 35 heures de travail hebdomadaire. La revalorisation annuelle du Smic est liée à l'évolution de l'inflation et des salaires pour les ménages les plus modestes. Amélioration du niveau de vie des étudiants Afin de lutter contre la précarité étudiante, la rentrée universitaire a été marquée par la baisse du coût du ticket de restaurant universitaire CROUS pour les étudiants boursiers : il est passé de 3.30 € à 1 €. Ce tarif social est maintenu pour l’année universitaire de 2021.

Hausse du prix du timbre À partir du 1er janvier 2020, le timbre vert augmente, passant de 97 centimes à 1,08 €. Le timbre rouge augmente, lui, de 12 centimes passant de 1,16 € à 1,28 €.

Augmentation du prix du tabac À compter du 1er janvier 2021, le prix de certains tabacs évolue. Sont notamment concernés la vente au détail de cigarettes, cigarillos, cigare et tabac à rouler. Ce sont les cigarettiers qui fixent le prix de vente du paquet, en répercutant, ou non, la hausse des taxes prélevées par l'État sur le tabac.

29 vues